Lacan disait : “Nul n’est absent de ce qui lui arrive”. Dont acte ! La nouvelle du versement de 1000 euros mensuels serait, dès lors, bonne. Et cet apport régulier me permettrait de reconsidérer mes activités professionnelles (toutes en CDD) sans autre crainte de finir le mois. Il serait dès lors temps que je parvienne à me projeter dans le temps et concrétiser des projets de vie qui hibernent actuellement. Avec ce revenu complémentaire, j’apprendrai aussi à souffler en étant quinquagénaire et à accompagner, encore mieux, la scolarité universitaire de mes deux enfants. Nul n’est absent d’une bonne nouvelle si il ne prend pas le risque de s’inscrire à ce projet. N’est-ce pas ?