Vendredi, Le Consulat, lieu éphémère du XIVe arrondissement de Paris, accueillait l’association Mon revenu de base pour le tirage au sort de son cinquième «éclaireur». Autrement dit, du cinquième bénéficiaire de cette expérience in vivo d’une rétribution temporaire mais sans conditions.

L’idée d’un revenu universel, défendue à l’époque de la campagne présidentielle par Benoit Hamon, a nourri un vif débat théorique sur le sujet, le réduisant à des intuitions qui s’affrontent. Pour aller plus loin et faire enfin la preuve de quelque chose, Julien Bayou, candidat EE-LV aux législatives, a fondé cette association afin de montrer, grâce à des «expérimentations citoyennes», que «l’idée d’un revenu distribué à tout le monde et de manière inconditionnelle n’a rien d’impossible».

le 29 Juin a 'Le Consulat', 2, rue Vercingétorix, Paris. Tirage au sorts pour le recipient de la prochaine revenu universal (1000 euros par mois pour un an) et discussion avec des economistes. 
 COMMANDE N° 2018-0852Tirage au sort. Photo Camille McOuat pour Libération

Le système s’appuie sur deux éléments : un financement participatif et un tirage au sort. «Chaque fois que nous collecterons 12 000 euros, lit-on sur le site de l’association, nous les redistribuerons en désignant [un bénéficiaire] par tirage au sort». Aucun impératif de situation sociale pour s’inscrire à cette loterie. Le gagnant «recevra 1 000 euros par mois pendant un an, sans contrepartie.»