Nous sommes une famille recomposée, 1 salaire fixe pour mon conjoint, 2 enfants à charge complète sans pension alimentaire, et pour moi .. un peu de rsa et allocation logement.
Etant dans l’impossibilité de retravailler à temps plein, vivant dans un stress permanent de “manquer”, de ne pas pouvoir payer, de ne jamais avoir assez.. assez à manger, assez à offrir, ne plus pouvoir payer le loyer, le sport des enfants.. ne plus.. ne pas.. assez pour juste vivre normalement… j’ai du développer pas mal d’astuces! on devient créatif en ayant plus rien.. j’ai monter un groupe de troc, on troc nos vieilleries contre de l’alimentaire.. j’ai reformé complètement les modes de consommation de la maison, en fabriquant mes produits d hygiène d’abord.. puis en achetant plus que des produits de base pour faire du “tout maison”… donc troquer mes “vieilleries” contre des produits de base..
Je fais aussi partie d’une association de redistribution alimentaire, d’invendus.. on redonne à ceux qui n’ont rien, ce que cette société se refuse à manger, et qui pour autant est consommable. Tous les jours, on affronte la vraie misère, en plus de la notre.
Je suis devenue experte en gestion, inventivité, pour ne jamais manquer, sans jamais demander, sans faire de crédit.. en ayant le sourire.
Mais ça fatigue. La précarité use. Elle lime chaque jour le peu de dignité qu’il reste.
Quand on doit affronter les regards d’amis, devant un refus d aller au restaurant.
La désapprobation de la famille, quand on explique, que non..vraiment..on a pas pu faire autrement.
Quand on doit encore répondre à cet huissier, que c’est pas de la mauvaise volonté.
Quand je dois dire à mes enfants qu on ne fêtera pas Noel…mais qu on s’en fout… qu’on est pas croyants. Parce que, oui, on ne croit plus en grand chose.
Toujours des excuses, toujours s’expliquer. Pour la tranquillité tu repassera. Des nuits sans dormir, à des journées de déprime, des envies d’en finir.. mais non .. il y a bien pire, faut rebondir.
Alors qu’est ce que je ferai? je retrouverai ma dignité, je paierai en temps et en heure, je continuerai à chercher à bosser.. en plus des assos dont je m’occupe.
Pour ne plus se sentir isolés, incompris, que plus jamais on nous traite de fainéants, de mauvais payeurs, sans chercher à comprendre que le problème.. c’est pas nous.